immixtion

Human Friendly IndeBlog

14 août 2007

De moi à toi

Parfois lorsque je nous abandonne et que je m'en remets à moi par la force des choses, il se peut que les mots s'échappent et qu'il ne me reste qu'un voile de coton maculé à nous infliger. Et s'ils m'abandonnent à leur tour ce n'est que pour s'adonner de la plus belle des manière et de la plus vilaine façon à leur passe-temps favori, se délaver de leur sens en une mélodie lancinante, s'en dégorger et laisser les deux seuls encore présents s'en imprégner et se teindre à persister comme neufs en deux notes obsédantes.

Tu me manques mon amour.

Alors qu'il suffirait d'un regard.

De toi, à moi.

Mais ce soir...

mix à 09:38



    23 mars 2008

    Ah mais je ne m'emmerde pas du tout, au contraire, puisque je reviens. La position de troll me convient très bien en cet endroit et, avouons-le, ma présence occasionnelle est peu cher payée en échange de l'embarras occasionné par la tienne chez les miens.
    Je passerai outre le "casse-toi sale con" dans le plus pur style sarkozien et je tâcherai d'être un peu plus civilisée lors de mes prochaines visites. Promis. (Car il y en aura !) Gros poutoux.


  • 01 avril 2008

    L'arbalète,
    Dis, tu la trouves pas un peu ridicule la comparaison, là ? Ce que je reproche au nabot, entre autres choses mais pour le sujet qui nous concerne, c'est le manque de sang froid et de détachement que l'on attend de la fonction, pas les mots eux-mêmes.
    J'ai trouvé la grossièreté tout à fait appropriée pour coller à ton sujet, mais j'ai peut-être mal entendu ton message.
    Quant au tracas occasionné "chez les tiens", je ne sais pas exactement ce que tu me reproches mais si j'ai décidé de ne pas honorer l'unique promesse faite, c'est qu'elle m'est apparue malhonnête. Je veux bien passer pour le connard si ça peut me faire oublier.

    mix à 13:21

  • 17 août 2007

    Un voile de coton maculé ? Rapport au post précédent ? (Dites, ça ne deviendrait pas une habitude de ne pas laver votre linge sale pas en famille ? Je ne me plains pas, je reviendrai. Je peux faire un canard ?)


  • 24 août 2007

    Un jour, tu ne m'as pas dit je t'aime mais que tu m'alymixais. J'ai trouvé ton hapax d'amour curieux mais très beau!

    Tes silences, en d'autres temps, me fendent encore plus le corps au point que mon entrechat miaule à mort de toi.

    Tu le sais, je vis ainsi, fervente et éperdue. Trempée à chaud de nous, en des violences toujours plus généreuses et profondes.

    Et j'aime tes beaux mots. Je les attends et les déguste. Alors nos deux esprits se fondent et clament la plus grande loi de notre royaume.

    Il m'a suffit que tes mots!

    Alyzarine à 12:21

  • 27 août 2007

    Sachant que tu es aussi un amoureux fou.. de musique.. je me permets de te signaler ceci
    http://www.cartepostalerecords.be/releases/releases/sweek_the_shooting.htm

    et aussi de t'inviter à prendre connaissance de cette sympathique "releases" chez Carte Postale Records.

    et peut être dans un autre genre: notamment pour y découvrir le nouvel opus de Chinese Stars .. chez www.mandai.be!

    lisa à 18:58

  • 05 septembre 2007

    Message Perso: "et puis parce que tu fais un peu partie de moi, et moi de toi, je t'aimbrasse ici et maintenant! là et puis là aussi.."

    Alyzarine à 17:09



S'immiscer