immixtion

Human Friendly IndeBlog

13 février 2008

Aube session

Photo_225a1Photo_225a1Photo_225a1Photo_225a1Photo_225a1

Dans l'odeur des sens, presque entêtante, ta vapeur d'ange heureuse.
Aux lueurs blafardes, les teints scellent nos matières inflammables.
Ces mats hier en suspension et ta flamme lointaine.
L'explosion d'un prochain soir...

Photo_152Photo_152Photo_152Photo_152Photo_152

mix à 08:33



    16 février 2008

    Ah, l'Ode Heure entêtente et le parfum de l'odeur des sens qu'on ressent dans ses sensations olfactives. Ta matière fait câlin : http://chypor.free.fr/


  • 01 mars 2008

    Ah le berk abus !
    Pour une fois que je comprends quelque chose à ton commentaire...
    Enfin, si tu t'emmerdes, va chier, c'est encore le plus simple.

    mix à 11:16

  • 02 mars 2008

    Dièse-elle pour tracer la déroute, harpiste sur les corps déliés. Partition au "piano" pour des cendres, de l'âme à la gamme. Mesures composées.

    Joseph Pujol à 19:49

  • 03 mars 2008

    Le plein de super avec aplomb, sans souffre aux douleurs. Doux leurre de cuir rouge invisible à l'oiseau éperdu, ses serres à sa proie. Animal peu loquace.

    mix à 02:29

  • 04 mars 2008

    Lits, brocards, bures, instants volatiles. Vapes-heurts distillées aux absaintes dérobées. Brûlures invisibles en suspens d'instants décents. Odeurs de souffles. Briquer. Ce pont des soupirs.

    Joseph Pujol à 22:35

  • 05 mars 2008

    Finir carpette, rôles indécents, et trouver où luit le minéral. Non seulement l'organe nique, mais de l'âme aux racines s'enivre d'instants tannés. Brûler à la vue d'yeux insipides. Parfum justifiant les moyens, laissant là des rives. Les mettre en cale, en bourre, oh !

    mix à 18:31

  • 07 mars 2008

    Dans le creux d'airain, forger le désir décor comme l'art mûr brûlante de ces moments.
    Les landes mains s'épuisent à rider nos peaux de leurs contacts glacés de doutes.
    L'amer se retire dans un bruit de vague pour ne laisser place qu'à tes seins sur mon coeur à marée.

    Joseph Pujol à 23:15

  • 01 avril 2008

    Au jeu du hasard, pour certains les dés suent de l'amour, en corps, en cœurs et pour toujours, l'âme arrêt aux vagues ; alors que d'autres le deviennent, du vague à l'âme.

    mix à 14:53



S'immiscer